15 juin 2007

Dernière réunion publique à Biscarrosse

Dernière réunion publique à Biscarrosse

Jeudi 14 Juin 2007

Quelle ne fut pas ma surprise lorsque j'ai ouvert mon quotidien ce matin ! Pas une ligne sur ma dernière réunion publique ! On ne pouvait pas en dire autant pour mon concurrent socialiste dont les propos peu aimables à mon endroit ont largement étaient relayés. Les journalistes avaient pourtant été invités... Pour faire face à cet "oubli" - et pour répondre également aux connexions croissantes sur mon blog depuis dimanche dernier - j'ai décidé de vous livrer mes impressions sur cette soirée sans oublier de glisser quelques passages de mon intervention.

Malgré la défection d'Alain LAMASSOURE pour raisons personnelles, la salle St Exupéry était largement remplie : plus de 350 personnes s'étaient pressées pour assister à notre dernière réunion publique de campagne.
J'ai particulièrement été honorée de la présence d'André MIRTIN, ancien conseiller général de Parentis mais aussi ancien député-maire. Comme le rappelait à juste titre Alain DUDON, étaient donc présents, dans la salle, deux anciens députés de la circonscription (le second étant Louis LAUGA)... et comme on ne dit jamais deux sans trois, tous les espoirs nous étaient donc permis.

J'ai débuté mon intervention par une remise au point car quoi qu'en disent certains médias "je vais bien ! Je vais bien dans mon corps et dans ma tête. Louis Lauga est toujours heureux d'être à mes côtés ! Et Alain Dudon est toujours mon suppléant !"
Le public a remarqué qu'il y avait qu'une seule chose qui n'avait pas changé : "notre circonscription est toujours à gauche" mais que je comptais sur eux pour la faire virer du rose au bleu dimanche prochain.

En rappelant mon parcours depuis le mois d'octobre, j'ai pu également remettre certaines choses au clair avec mon adversaire socialiste : "je suis pour lui la candidate fantôme qui ne va dans aucune mairie, qui ne va sur aucun marché. Je peux vous le dire, moi qui les parcours, je ne vois Mr VIDALIES sur le terrain que depuis 15 jours seulement !". J'ai également pu rétablir la vérité quant à mes réunions publiques : j'en étais à ma treizième hier soir. Je n'en ai pas fais seulement deux comme a pu l'affirmer mon adversaire socialiste ! J'en ai conclu qu'il avait vraiment l'approximation facile ! Avant d'ajouter "si Mr VIDALIES a la même approximation pour les dossiers, ça promet ! D'ailleurs, il prétend découvrir le manque de lieu de justice dans le nord des Landes mais il semble oublier qu'il a contribué à la fermeture du Tribunal d'Instance de Sabres en 1999 sous le gouvernement de Lionel JOSPIN alors qu'il était député !"

J'ai également voulu réagir sur la relativisation des résultats qu'Alain Dudon et moi-même avons obtenus : "mes 35,23 %, je ne les dois - selon Mr VIDALIES - qu'à la vague bleue qui vient lécher les côtes landaises. C'est mépriser le travail de terrain et de proximité que j'ai effectué tout au long de ces mois. C'est mépriser le travail des militants qui m'ont soutenue et aidée tout au long de cette campagne. C'est mépriser les électeurs qui m'ont fait confiance dès le premier tour de ces élections législatives. Mais je pense - tout simplement - que le député sortant ne doit pas supporter qu'une jeune femme soit à seulement 3 points derrière lui ! Les indiens ont chaud aux plumes ! Calamity Jane arrive !"

Je suis largement revenu sur ce fameux débat en constatant que nos adversaires n'avaient pas l'habitude qu'on mène la danse dans un département où le Parti Socialiste a pris l'habitude d'agir en terrain conquis : "ils ont été surpris et déstabilisés par ce refus." Au delà de l'affichage sauvage qui - il est vrai - m'a particulièrement scandalisé (notamment sur le canton de Sabres près de l'écomusée de Marquèze) et de l'impolitesse de mon adversaire socialiste, j'ai décidé de continuer ma campagne de proximité au contact direct des Landaises et des Landais qui seuls m'importent. Des débats, j'en ai tenu depuis des semaines avec mes concitoyens. C'étaient des débats constructifs, enrichissants qui m'ont donné de l'expérience mais aussi de l'espoir pour notre pays.

J'ai ainsi pu rappeler les principaux problèmes dont m'ont parlés les élus lors de mes déplacements dans les 95 communes : désertification médicale et plus largement des services publics en milieu rural, insfrastructures, l'absence du réseau téléphonique pour les portables ou d'Internet à haut débit, l'important secteur de la Défense aussi bien à Biscarrosse avec le C.E.L.M ou de la BA118, l'agriculture, la filière bois, le tourisme vert ou côtier... Où est l'absence de débat dont me parle mon adversaire socialiste ? Pour prendre à bras le corps ces dossiers, j'ai confirmé que je serai le député de l'initiative. Je réunirai rapidement les acteurs de ces dossiers et ensemble nous dégagerons des solutions pour avancer. Je prendrai l'initiative au sein du groupe parlementaire de l'UMP de rassembler ou de m'associer aux élus, qui comme moi, dans leurs départements connaissent les mêmes préoccupations car "chaque année qui passe sans solution aggrave la situation et compromet des projets indispensables dans ces cantons et communes rurales."

Pour terminer, j'ai fait une grande place aux remerciements. Ces personnes sans qui rien n'aurait été possible durant cette campagne : Louis Lauga mon directeur de campagne et Alain Dudon mon suppléant. Les militants, bénévoles et amis qui m'ont donné de leur temps à mes côtés. J'ai tenu à remercier aussi les personnes qui ont travaillé à ma permanence de campagne, sans oublier les Jeunes Populaires dont la présence a été remarquée tout au long de cette campagne grâce à leurs tshirts bleus. J'ai remercié également Mme DARRIEUSSECQ de m'apporter sa voix pour ce second tour ainsi que le candidat CPNT.

Pour la treizième et dernière fois, j'ai enfin appeler les électeurs de la première circonscription à faire, dimanche, le choix du renouveau !

Posté par MC Berthelon à 18:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Dernière réunion publique à Biscarrosse

Nouveau commentaire